Santosh

de Sandhya Suri

avec Shahana Goswami, Sanjay Bishnoi, Sunita Rajwar

Inde - 2024 - 2H00 - VOSTF

  • Interdit -12 ans

Une région rurale du nord de l’Inde. Après la mort de son mari, Santosh, une jeune femme, hérite de son poste et devient policière comme la loi le permet. Lorsqu’elle est appelée sur le lieu du meurtre d’une jeune fille de caste inférieure, Santosh se retrouve plongée dans une enquête tortueuse aux côtés de la charismatique inspectrice Sharma, qui la prend sous son aile. Dans le cadre de l'Olympiade Culturelle - Images de sports, de champions et de quelques amuseurs sportifs (en partenariat avec le CNC et Paris 2024), précédé du court métrage DÉBUTS D’UN PATINEUR (1907 – 3’04). Au Bois de Boulogne, Max chausse ses patins, les essaie, tombe souvent : ses débuts de patineur sont difficiles !

« Santosh est le premier film de fiction au cinéma de Sandhya Suri. Elle vient de la télévision et a derrière elle deux documentaires. On ressent vraiment cette approche du docu-fiction dans la manière qu’elle a d’embarquer sa caméra au cœur même des villes, dans des quartiers populaires qu’elle semble connaître sur les doigts de la main. La réalisatrice n’a pas froid aux yeux, filme une réalité brutale, sans concession, prenant le risque de la critique des autorités indiennes. Elle fustige une société qui entretient des clivages entre certaines castes qui continuent d’avoir quasiment le droit de vie et de mort sur les individus et particulièrement les filles, et d’autres qui ne comprennent que des pions au milieu de l’immense population indienne. On ressent un film très écrit, très documenté, et les comédiens eux-mêmes prennent le risque d’incarner des fonctionnaires de police qui, pour une grande part, ne se questionnent pas sur les méthodes d’investigation et, pour une minime partie, tentent de s’arranger avec l’horreur. La corruption, le désintérêt de la police pour son peuple, et le mépris des classes dominantes pour les pauvres constituent le deuxième pilier de dénonciation dans le film. » àVoir-àLire

  • jeudi 18 juillet
    • 20:10
  • vendredi 19 juillet
    • 18:15
  • samedi 20 juillet
    • 20:30
  • dimanche 21 juillet
    • 16:35
  • lundi 22 juillet
    • 20:40
  • mardi 23 juillet
    • 14:00